L’heure d’été – Hong Kong – Cinema Galeries

L’heure d’été – Hong Kong

Télécharger le programme

L’heure d’été – Hong Kong

    Télécharger le programme

    Info

    Pour cette 13ème édition, le festival l’Heure d’Été vous fait voyager à Hong Kong ! À l’occasion du dixième anniversaire de la Révolution des Parapluies, nous vous proposons 20 films, des années 1970 à 2023. Ces projections sont réparties entre le Cinéma Galeries et nos partenaires en plein air de Vaux Hall et Cultureghem aux Abattoirs d’Anderlecht.

    Pour cette 13ème édition, le Festival l’heure d’été vous fait voyager à Hong Kong !

     

    À l’occasion du dixième anniversaire de la Révolution des Parapluies, nous vous proposons 20 films, des années 1970 à 2023. Ces projections sont réparties entre le Cinéma Galeries et nos partenaires en plein air de Vaux Hall au parc de Bruxelles et Cultureghem aux Abattoirs d’Anderlecht.

     

    Le cinéma hongkongais a toujours été plus qu’un simple divertissement; il est un reflet et un soutien de l’identité unique de Hong Kong. Face à une loi menaçant l’indépendance judiciaire de la région, les citoyen·ne·s ont manifesté massivement, dénonçant l’omnipotence de Pékin et craignant pour leur statut autonome et leur culture. Les documentaires Raise the Umbrellas et Blue Island nous aident non seulement à comprendre les enjeux qui ont mené aux soulèvements de 2014 et 2019, mais nous montrent également l’état psychologique actuel de la société hongkongaise. 

     

    Historiquement, le cinéma de la métropole a joué un rôle crucial dans la promotion du cantonais et la création de ponts entre l’Asie et l’Occident. Malgré les défis, ce cinéma a toujours su se renouveler et s’adapter. Si la mort de Bruce Lee, dont nous projetons le dernier film tourné à Hong Kong, Le Jeu de la Mort, a marqué la fin d’une époque pour les films d’arts martiaux dans les années 70, elle a aussi ouvert la voie à une nouvelle génération de réalisateurs audacieux.ses dans les années 1980. La Première Nouvelle Vague hongkongaise, menée par des réalisateurs tels que Tsui Hark (L’enfer des Armes; Le Festin chinois), Patrick Tam (Nomad) ou Alex Cheung (Cops and Robbers), a introduit des styles novateurs et des perspectives uniques, redéfinissant les genres traditionnels et s’émancipant des contraintes commerciales.

     

    Dans les années 1990, Hong Kong a connu un âge d’or cinématographique, produisant plus de 400 films par an. Toutefois, la crise économique asiatique et la rétrocession à la Chine continentale en 1997 ont affaibli l’industrie. C’est le début de la Seconde Nouvelle Vague, menée cette fois-ci par Fruit Chan (Made in Hong Kong), Stanley Kwan (Rouge, Amours déchus) ou encore Wong Kar-Wai (In the Mood for love; Chungking Express). Une deuxième salve de réalisateur·ice·s a émergé, apportant un cinéma d’auteur acclamé internationalement, notamment à Cannes et à Berlin. Leurs films, esthétiquement innovants et narrativement intimes, ont consolidé la réputation mondiale du cinéma hongkongais. 

     

    Aujourd’hui, la production cinématographique de Hong Kong a chuté, passant à une soixantaine de films par an, concurrencée par les gigantesques productions chinoises. Cependant, l’esprit de révolte et la quête d’identité demeurent des moteurs puissants pour les nouveaux cinéastes. Des œuvres comme Ten Years et Mad World montrent que le cinéma reste un moyen vital d’expression et de résistance face à l’oppression croissante.

     

    L’héritage cinématographique de Hong Kong est l’un des plus riches au monde, ne cessant de se réinventer à travers sa langue et son histoire unique. En cette période de crise que traversent actuellement les Hongkongais·e·s, et malgré l’épuisement des protestations dues principalement à l’emprisonnement ou l’exil des opposants au régime chinois, on ne peut qu’espérer que de leur impact émergera très vite une troisième et nouvelle vague. Et qu’importe le nombre de jours de grisailles dus au brouillard des lacrymogènes qui nous séparent de cette vague, il faut conserver l’espoir qu’à l’ombre des parapluies jaillira le beau temps.

    Programme