Dear Comrades – Cinema Galeries

Dear Comrades

Дорогие товарищи, Dorogie tovarishchi
Réalisé parAndreï Kontchalovski

Dear Comrades

Дорогие товарищи, Dorogie tovarishchi
Réalisé parAndreï Kontchalovski
  • LANGUE(S) ORIGINALE(S) RU
  • SOUS-TITRES FR/NL
  • Durée 121
  • Prix 9.00 €, 7.00 €, 6.50 €, 6.00 €
  • Ticket modérateur Article 27, Arsène 50
  • Abonnement Carte 5 places, UGC Unlimited

Introduction

Prix Spécial du Jury à Venise, Andreï Kontchalovski (co-scénariste sur Roublev, L’enfant d’Yvan d’Andrei Tarkovsky), nous conte dans un noir et blanc sublime une violente désillusion politique d’une ville de province dans le sud de l’URSS en 1962.

Synopsis

Une ville de province dans le sud de l’URSS en 1962. Lioudmila est une fonctionnaire farouchement dévouée au Parti Communiste. Sa fille décide de participer à la grève d’une usine locale et les événements prennent une tournure tragique. Les autorités dissimulent la violence de la répression. Lioudmila se lance alors dans une quête éperdue à la recherche de sa fille disparue.

Introduction

Prix Spécial du Jury à Venise, Andreï Kontchalovski (co-scénariste sur Roublev, L’enfant d’Yvan d’Andrei Tarkovsky), nous conte dans un noir et blanc sublime une violente désillusion politique d’une ville de province dans le sud de l’URSS en 1962.

Synopsis

Une ville de province dans le sud de l’URSS en 1962. Lioudmila est une fonctionnaire farouchement dévouée au Parti Communiste. Sa fille décide de participer à la grève d’une usine locale et les événements prennent une tournure tragique. Les autorités dissimulent la violence de la répression. Lioudmila se lance alors dans une quête éperdue à la recherche de sa fille disparue.

Note des lecteurs0 Votes
0
Konchalovsky aborde ce passage de l’histoire soviétique avec tout le brio de sa mise en scène précise et anxiogène, dans un noir et blanc magnifique.
F BARGE-PRIEUR, Les Fiches Du Cinéma
Kontchalovski filme cette déroute (…) grâce à un magnifique travail, d’abord du noir et blanc, mais surtout du plan fixe, saisissant la situation comme une mosaïque de déréglements qui conduisent petit à petit au pire.
M. MACHERET, Le Monde
Beautiful and damning, “Dear Comrades!” is also an act of remembrance.
A. LANE, The New Yorker
December 25, 2020