L’heure d’hiver Tunis – Cinema Galeries

L’heure d’hiver Tunis

Réalisé parL'heure d'hiver Film Festival
Télécharger le programme

L’heure d’hiver Tunis

Réalisé parL'heure d'hiver Film Festival
  • CST
Télécharger le programme

Introduction

Du 4 au 21 mars, l’édition 2020 de festival de film L’HEURE D’HIVER à l’initiative du CINEMA GALERIES célèbra Tunis et le cinéma Tunisien. Le festival a été coupé dans son élan avec l’annonce des fermetures de lieux culturels à partir du vendredi 13 mars 2020 suite à la pandémie COVID 19.

Introduction

Du 4 au 21 mars, l’édition 2020 de festival de film L’HEURE D’HIVER à l’initiative du CINEMA GALERIES célèbra Tunis et le cinéma Tunisien. Le festival a été coupé dans son élan avec l’annonce des fermetures de lieux culturels à partir du vendredi 13 mars 2020 suite à la pandémie COVID 19.

Pour cette édition de L’HEURE D’HIVER, CINEMA GALERIES en partenariat avec Bozar, le cinéma Aventure, la Chaire Mahmoud Darwish, Wallonie Bruxelles International, les journées cinématographiques de Carthage, le festival de Gabes propose une focus sur la ville de Tunis et le cinéma tunisien. C’est l’occasion de montre l’éclectisme du cinéma qui a raconté l’Histoire de son pays, la Tunisie, qui aujourd’hui connait un renouveau grâce à un nouvelle génération de cinéastes et producteurs.  La diversité de thèmes et styles a créé un amalgame cinématographique qui englobe sujets sociaux,  questions politiques et conflits de l’intime avec un regard particulier dans son temps. Le quotidien de son pays touche considérablement aux productions tunisiennes, comme nous pouvons observer dans Les Silences du Palais ou L’Homme de Cendres.


Aujourd’hui, la Tunisie est un pays démocratique qui se remet de son passé, un passé dans lequel les droits de l’Homme étaient violés, les conditions de vie étaient déplorables et la liberté d’expression était sévèrement contrôlée par l’État. Tous ces facteurs ont eu des graves effets sur la production cinématographique tunisienne. Aussi, l’histoire du pays est liée à l’oeuvre audiovisuelle, comme nous le démontre dans une bonne partie de productions tunisiennes dans lesquelles le récit s’articule autour du contexte socio-politique, comme l’illustre le cas À Peine J’ouvre Les Yeux, 130 Years Of Alawists ou Fathallah Tv.

AVANT-PREMIÈRE / TLAMESS (Sortilège)

La révolution tunisienne survenue entre 2010 et 2011, aussi appelée «Révolution de Jasmin», à l’encontre du le régime de Ben Ali a également préconisé une autre révolution, cette fois culturelle et artistique qui a inévitablement touché le domaine cinématographique, lequel a connu une croissance remarquable depuis la chute de ce même régime en 2011. Jusqu’alors, la Tunisie a fonctionné comme un État de facto. À partir de cette date, les productions audiovisuelles ont connu une augmentation en Tunisie, ainsi que les festivals ou journées cinématographiques et son introduction dans le circuit international grâce à de plus grandes libertés.

AVANT-PREMIÈRE / BIK ENEICH (Un fils)

L’ouverture internationale a été favorisée également par le programme de coopérations bilatéral et les politiques culturelles entre la Tunisie et la Fédération Wallonie-Bruxelles International (WBI), un accord entre les gouvernements qui se développe depuis 1997. La septième programmation de coopération bilatérale, de 2019 à 2023, encourage un projet de collaboration dans le secteur du cinéma entre la Belgique et la Tunisie, avec la collaboration du Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI) de Tunisie. Grâce à celle-ci, ont émergé plusieurs des films tunisiens coproduits par la Belgique, tel que Le rêve de Noura, de Hinde Boujemaa, lauréat du Tanit d’Or aux JCC en 2019, après le succès l’année précédente de Fatwa, de Mahmoud Ben Mahmoud. En plus d’être des coproductions, ces deux films sont réalisés par des réalisateurs belgo-tunisiens.

Compte tenu de cela, la programmation de cette nouvelle édition de l’HEURE D’HIVER soutient ce rapport entre la Belgique et la Tunisie et met l’accent sur trois thèmes essentiels qui ont traversé la réalité tunisienne et ont infiltré son cinéma: les traditions culturelles propres à la Tunisie; l’écart entre les genres qui ont causé les conditions actuelles et passées de la femme tunisienne; la lutte d’aujourd’hui pour la rupture avec l’ancien ordre établi.

OUVERTURE – 04.03.2020 @ 18:00 – Cinema Galeries.

AVANT-PREMIÈRES – TLAMESS (Sortilège) &  BIK ENEICH (Un fils)

25 EVENEMENTS (dont 21 films) ont été programmés dans 4 lieux (Cinema Galeries, Bozar, Cinema Aventure, Kinograph)

THÉMATIQUES – Les classiques tunisiens / La Tunisie actuelle / La femme tunisienne

UNE VINGTAINE D’INVITES parmi lesquels les réalisateurs Mehdi Barsaoui, Wided Zoghlami et Férid Boughedir, la chanteuse et actrice Ghalia Benali (malgré l’interruption du festival, la majorité des invités ont pu rencontrer le public car ils étaient surtout présents en début de festival).

EXPOSITION – Du mardi au dimanche / van Dinsdag tot en met Zondag – 14:00 > 20:00 – CINEMA GALERIES. Gratuit.

TABLE RONDE – 12 & 13.03 – 8 professionnels tunisiens ont pu rencontrer des professionnels belges afin de renforcer la coproduction entre la FWB et la Tunisie.

LIEUX – CINEMA GALERIES, BOZAR, CINEMA AVENTURE, KINOGRAPH

Programme